L’oiseau de nuit a écorché la lune

Et tombe en goutte à goutte

Derrière les montagnes

Le lait du ciel

Étoiles

 

La lumière matinale qui pourchasse les dernières traces sombres

transperce les cataractes

Surgit l’eau des falaises gazeuses

Époustouflantes

 

Fumée qui s’éloigne en couverture souple

Drap de pelouse

Nuage pourpre

Le cavalier à l’aube a déserté sa yourte

Kumiz : lait de jument fermenté.
Retour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *